Hier, Noé était Japonais. Plus précisément du Kansai. Le matin, il fait super chaud. Comme de bien entendu, je mets mon attirail touriste comme l'Arabe assis a déjà eu l'occasion de voir.

Jusque 16h, ça allait. Et d'un coup... ! On aurait dit que le mois de mousson qui n'est presque pas apparu en juin est tombé d'un coup lors de ces 40 minutes, tout en flotte... Impossibilité de faire 10 mètres sans prendre une sacrée douche ! En parlant de ça, j'aurais du prendre mon savon, hier, j'en aurais fait des économies !

Un peu de chemin jusqu'au bus qui mène jusque la gare et écoutant mon valeureux courage, je me suis rué sous la pluie vers le combini pour acheter un parapluie pour que mademoiselle ne soit pas mouillée. Quel exploit ! inutile. C'était venteux et la pluie venait aussi de côté. Hiroko avait boulot après. La pauvre! "Bisho bisho" comme elle dit, Les vêtements font "splotch-splotch". Pour couronner le tout, la route du bus fout la frousse car elle est complètement inondée et en pente descendante "kowai, kowai!".

A part ça, la majeure partie des examens se passent cette semaine : travaux à rendre, exposés, écrits. Mercredi en troisième heure, j'ai fait mon exposé sur l'économie asiatique. Rien de moins classique : les relations sino-japonaises. Ca se passe normalement jusqu'à ce que je vois que le prof dort O_O! Mes camarades de classes se retiennent de rire. Hé? Que faire? Bon, je continue. Et paf ! Je vois que lors qu'il y a un point qui l'intéresse, il le note. Ca doit être la manière de faire, ici-bas.

A la fin du cours, je demande donc à mes camarades le pourquoi du comment et ils me disent que c'est normal chez lui de somnoler durant les exposés. Dormir et ne pas écouter seraient deux choses différentes. D'autant plus que le prof m'avait dit d'après-coup que mon exposé était intéressant. Erf, je ne m'y ferais pas...

Quoiqu'il en soit, demain, j'ai encore un examen et c'est terminé. Demain, c'est théoriquement le dernier jour de ma scolarité. Mais pas de cours de japonais, c'est certain !